lorie moi.jpg

À propos de moi

Mes formations

  • Maître Reiki Usui, Maître Reiki Karuna Ki, Reiki Lightarian, LaHochi

  • Enseignante Lightarian: Rayons, liens angéliques et anneaux de purification

  • Harmonisation avec antenne de lécher

  • Géobiologie

Autres outils

  • Communication avec les âmes (vivantes et décédées)

  • Reprogrammation et guérison des chakras

  • Télépathie avec les guides et être de lumière

  • Clairvoyance

  • Clairsentie

  • Cristaux

  • Passeur d'âme

  • Dégagement d'entité nuisible

  • Intervention contre mauvais sort, malédiction et envoûtement

Mon parcours en tant que thérapeute

Depuis le moment où j’ai été initié au niveau 2 de Reiki Usui en 2011, je souhaitais vivement faire des soins aux gens. Je voulais être thérapeute. J’ai reçu des messages d’autre médium me révélant que mes mains étaient très très puissantes et je ne pensais donc qu’à utiliser ce don.
Dès que j’ai fait mon premier soin reiki à une personne, je me suis sentit mal. Dès que le traitement commençait, mon nez se mettait à couler comme une champelure ou à piquer intensément. J’éternuais ou je devenais congestionné. Je me sentais étourdi, j’avais très très chaud et mon cœur s’emballait comme si je fournissais un effort intense. Je trouvais cela ennuyant comme vous pouvez l’imaginer. J’ai naturellement décidé que je n’aimais pas faire des soins. Je trouvais cela long et ennuyant.
De plus, je suis une personne qui aime utiliser sa cervelle. J’aime parler et expliquer ce que je perçois. Être en silence pendant tout le soin m’est déplaisant. Être un canal d’énergie qui ne fait que recevoir ne me stimule pas du tout. J’ai besoin de comprendre ce que je fais et de participer.
Tout en sachant que j’y reviendrais un jour, j’ai mis ce type de soin sur la glace. J’ai donc arrêté d’envisager de faire des soins reiki et lâcher prise sur l’idée d’utiliser mes mains. Je me suis tourné ensuite vers l’harmonisations avec l’antenne de lécher. J’ai eu beaucoup plus de plaisir avec cette méthode. Ma cervelle était bien comblée par tous les aspects techniques de cette méthode de soin et je n’éprouvais aucun inconfort pendant mes soins. J’ai donc débuté ma pratique professionnelle avec ce type de soin. Lorsque mes dons se sont développés davantage, que j’ai acquis une certaine maîtrise, j’ai commencé à incorporer l’intuition à mes soins. J’obtint des résultats bien satisfaisants.
J’ai acquis de la confiance progressivement et je me suis dédié au dégagement d’entité nuisible. La Vie m’y a mené tout bonnement. C’est par l’expérience de contact avec ces énergies lourdes que j’ai développé peu à peu la compréhension de mes ressentis physique et aussi des inconforts que je ressens en soin.
J’ai réalisé que mon nez m’avait toujours «parlé». Il me démangeait et  en présence d’entité ou d’énergie de basse vibration. Par des odeurs différentes inexplicables, il m’annonce la présence de certaines énergies. Et oui, pourquoi pas?
Ainsi dès que mon nez détectait ces énergies, j’ai développé le réflexe de tourner mon attention vers mes autres sens pour localiser et nettoyer les vibrations responsables.
Puis, le dégagement d’entité est devenu le dégagement d’énergie lourde tout naturellement. Je l’avais toujours fait pour nettoyer les traces laisser par l’entité, mais je le faisais maintenant pour aider les gens à purger leurs émotions négatives en temps de bouleversement. Mon mentor m’a appris que je pouvais lever les blocages énergétiques et j’ai incorporé cela à ma pratique.
Après avoir compris l’importance de l’amour de soi, l’idée de faire des soins sur une table m’est revenue. Je me suis surprise à confier tout cela à l’univers, sans attente aucune. J’avais décidé d’être gentille envers moi et d’avoir du plaisir. Il n’était plus question de comment offrir des meilleurs soins et obtenir de plus beaux résultats. Il était question d’être heureuse dans mon travail.
Un jour, j’étais chez une cliente pour un échange de traitement. Je reçu d’abord mon soin qui fut d’ailleurs extraordinaire. Lorsque ce fut le temps pour moi de lui faire son soin, elle se coucha spontanément rapidement sur sa table de soin avant que je ne puisse dire quoique ce soit. J’ai trouvé cela tout à fait amusant.
Je me suis dit à moi-même :« on dirait bien que c’est pour aujourd’hui l’essai de soin sur table»
Je me suis mis à la tâche en m’ouvrant à mon ressentit, confiante qu’elle recevrait tout ce dont elle avait besoin. Je comprenais que le soin ne reposait pas que sur moi. Mes alliés sont toujours là pour comblé les lacunes s’il y en a. J’étais détendu et je suis parvenu à mettre mes doutes de côté pour me faire confiance. J’ai fait un soin comme jamais auparavant. Ce que j’ai vu, entendu, perçu et ressenti m’a sidéré en tout point. Je ne me suis pas imposé le silence. Je me suis amusé à lui dire tout ce qui se passait et elle a trouvé l’expérience des plus stupéfiantes.  J’ai adoré cela.
Le plus ironique, c’est que ce qui était autrefois désagréable pour moi est devenu une sorte de jeu peu à peu. Je touchais énergétiquement un endroit et détectais (par mon nez, mes yeux) ce qui en sortait. Ceci avait toujours été des panneaux indicateurs précieux que je n’avais simplement pas compris jusque là. Maintenant, je comprenais comment réagir et les réactions s’étaient atténuées. J’ai compris comment je pouvais agir, travailler et aussi que je ne m’ennuierai jamais avec cette méthode.
Ainsi j’avais toujours eu raison de vouloir être thérapeute et de faire des soins…j’avais seulement un apprentissage à faire pour pouvoir être heureuse dans ce rôle. J’avais un bout de chemin à faire!

Le soin de libération de l'Être

À travers mes yeux

Lorsque je fais un soin de libération de l’être, tout mon être est à l’écoute. Même mon cerveau est comblé car j’assiste à un spectacle magnifique et il apprend en suivant les directives qu’on lui donne. Mes alliés me disent d’aller à un endroit et ensemble nous exauçons les désirs de l’âme. Je m’exécute et constate le changement. Je comprends ce qui se passe.

À mes yeux, la personne qui reçoit le soin est comme un coffre fort rempli de merveilles. Ce coffre est verrouillé et enchaîné par des croyances, des blocages et des conditionnements. Tout ceci empêche le trésor d’être partager avec le monde et la personne d’être qui elle est librement. Je pose mon oreille contre la porte et tourne la serrure doucement comme mes alliés me le prescrive jusqu’à entendre «clic». À chaque nouveau «clic», une entrave se libère et l’essence véritable de cette personne acquiert plus de liberté. Souvent le cadenas est enterré sous des montagnes de croyances et d’émotions négatives et il faut alors le déterrer en nettoyant tout cela avant de pouvoir ouvrir le cadenas. Il arrive aussi que tout soit très figé et qu’il faille tourner longtemps la roulette dans tous les sens pour entendre «clic». Je me balade alors un peu partout, appuyant énergétiquement aux endroits prescrit jusqu’à ce que tout devienne plus fluide et permette le changement.

 

Je ressens dans mon corps ce qui se passe dans celui du receveur. Je perçois les tensions, les blocages et les émotions. Pendant que nous sommes à l’œuvre, je perçois l’âme du receveur tout près et qui assiste à sa propre libération en commentant:

«Woh! Pas trop vite»

«Ça! Ça va faire du bien!»

«Non, touche pas à ça!»

«Enlève-moi ça toute suite! Ça fait trop longtemps que ça dure!»

Je ressens ses émotions et perçois ses réactions. Je la vois qui pleure d’impatience d’être délivré ou qui exprime ce que je qualifie d’une «écoeurantite» aiguë de ses croyances. Elle me parle, elle chante, elle danse…  

Je réalise maintenant que la raison pour laquelle j’éprouvais autant de réactions négatives en faisant des soins étaient que je n’étais pas consciente de la puissance et de la portée de mes actions. Je ne pouvais pas envisager qu’au lieu de rester cinq minutes à un endroit, je n’avais besoin que d’y rester que quelques secondes pour obtenir le résultat désiré. Ceci n’était pas possible à mes yeux tout comme l’idée que je n’avais qu’à me faire confiance peu importe le nombre de fois que mes guides et alliés me le répétaient.

Il a d’abord fallu que j’apprenne à m’aimer et me faire confiance pour pouvoir être ouvert à l’idée d’avoir cette capacité et découvrir la portée de mon don. C’est en cessant de vouloir me régenter et en m’accordant cette liberté de faire les choses autrement que j’ai pu activer ce potentiel et découvrir ma manière de faire des soins.

C’est parce que j’ai appris à m’aimer et à m’estimer que j’ai pu activer ce potentiel. 

Pour l’avoir vécu et continuer de le vivre jour après jour, le pardon et l’amour de soi sont incroyablement libérateur à tous les niveaux. Nous n’avons pas besoin de se «forcer» à être cette personne que nous voulons être. Nous n’avons qu’à cesser ce contrôle. Si nous sommes persuadé au fond de nous d’être cette thérapeute ou cet enseignant, nous n’avons qu’à nous laisser être. Nous agirons alors naturellement telle que nous sommes.

C’est un véritable honneur de pouvoir participer à la libération de l’essence véritable d’une personne et que de lui enseigner le pouvoir de l’amour de soi. C’est tout simplement émouvant de pouvoir entrer en contact avec cette lumière magnifique et de la révéler doucement à la personne qu’elle habite.

Le monde a besoin de lumière. Il a besoin de gens qui veulent croire en un avenir radieux pour que cet avenir se matérialise. Il a besoin de cette lumière qu’il y a en chacun de nous. Il a besoin que nous cessions de l’étiqueter ou de la catégoriser. Il a besoin que nous la laissions être librement. 

Dévouée à votre libération,

Lorie Manseau